mercredi 10 juin 2009

Honfleur

A quoi ça tient, de quoi ça naît et quand ça commence ? C'est un peu mystérieux, brumeux, et parfois on ne s'en souvient plus : notre première émotion esthétique pour un lieu...

Je devais avoir 11 ans, et c'était à Honfleur.

Jusque là, mes parents m'avaient emmenée en visite ou en vacances dans des endroits superbes, bien sûr, et par exemple j'avais beaucoup de joie sur la Côte d'Azur, ou en Auvergne. Mais c'était la joie de vivre des vacances, plus que la conscience d'aimer la région, qui était une évidence : je ne me le disais pas.

J'avais été impressionnée par des visites à Paris, mais c'était encore une évidence : on en parlait longtemps d'avance, et puis les monuments visités étaient géants, célèbres, c'était un sentiment attendu, prévisible, pas une surprise.

Mais il me semble qu'à Honfleur, plus qu'ailleurs, j'ai eu un choc, un vrai coup de coeur pour le site, une vraie nostalgie d'en partir : je me disais « j'aime cet endroit ! »

Il faut dire que c'était l'année où je savais que j'allais quitter la Normandie, pour déménager dans une autre région, la Lorraine, dont je ne savais rien. Et me venaient des sentiments nouveaux, un peu de nostalgie, d'appréhension, d'excitation : il y avait à quitter, avant de découvrir...

Nous habitions près de Rouen, la mer on n'y allait pas souvent. Et avant de quitter la Normandie, mes parents avaient eu cette idée d'une journée à la mer : à Honfleur.


Cette petite cité, avec ses maisons rapprochées et colorées, son port pittoresque composé de plusieurs bassins, m'a séduite, fascinée.

Et puis, par chance en cette région au climat changeant, le temps était clair ce jour-là, et au loin, on apercevait Le Havre, et la silhouette du France à quai. Ça m'avait beaucoup impressionnée.


Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans, hein... Bref, c'est pas d'hier ! Mais le souvenir en reste vif, fixé par l'émotion que j'y ai ressentie. Je pense qu'elle s'est faite d'autant plus intense qu'il y avait un sentiment d'urgence, face à cet endroit que je ne reverrais pas avant longtemps...


Et vous, votre première émotion esthétique, vous en souvient-il ?


Cath

06 2009


11 commentaires:

Anonyme a dit…

Moi, comme tu le sais, je n'ai jamais fait de tourisme avec mes parents.
C'est à 16 ans, une des premières fois où je suis partie en vacances (avec mon oncle) que j'ai eu une grande émotion à la fois esthétique et spirituelle : le monastère des Voirons en Haute-Savoie, perché dans la montagne, et d'où j'ai vu le Mont-Blanc pour la première fois. Les religieuses étaient très jeunes, rayonnantes, et vendaient de la poterie.

J'ai trouvé un lien (il n'y avait pas de neige quand moi je l'ai vu).

http://annecypanoramique.free.fr/20090110_vv_soeurs_Bethleem/20090110_vv_soeurs_Bethleem.html

Véronique

Cath a dit…

Magnifique ! Merci pour le lien, et ton partage, Véro.
Il me semble que ton expérience réunit des ingrédients de la mienne : un site et un aperçu au loin particulièrement remarquables, et quelque chose d'exceptionnel dans le contexte, qui rend peut-être plus sensible à la beauté : pour toi des premières vacances, pour moi une sensation d'urgence, de "dernière fois", qui en quelque sorte était une première, à 11 ans (je ne sais pas si je suis très claire)...
Comme tu le dis très justement, c'est une émotion à la fois esthétique et spirituelle.

Anonyme a dit…

Oui, c'est ça, tu es très claire ! ;-)

Réverbères a dit…

Honfleur ! Quelle merveille ! J'avais 14 ans quand j'ai découvert cette petite ville. J'y suis retourné quelques fois depuis lors, et j'ai toujours eu la même impression. Celle, justement, d'être dans un tableau impressionniste vivant. C'est en fait une de mes émotions artistiques.

Deux ans plus tard, à 16 ans, je découvrais… Les Voirons ! J'y ai fait un camp-chantier, en 1970 ! Un excellent souvenir et je retournerais bien à cet endroit.

Ma première émotion esthétique ? Difficile à dire. Peut-être en découvrant la montagne, le col des Aravis… mais je ne sais plus à quel âge !!!

Depuis lors, beaucoup d'émotions… dont Honfleur ! Merci de me la rappeler !

Cath a dit…

Ah, je suis ravie que tu connaisses Honfleur !
Je ne connais pas les Voirons ni le col des Aravis, mais j'aime beaucoup les Alpes, c'est si impressionnant.

Yves a dit…

moi je connais Honfleur :le paradis des peintres...si le Paradis existe..il y en a au moins un que j'ai visité...

Cath a dit…

Toi aussi, Yves, tu le dis ! Il faudra que j'y retourne, alors, pour voir ce qu'il en est, avec mes yeux d'adulte.

"J'irai revoir ma Normandie, c'est le pays qui m'a donné le jour", comme dit la chanson (un peu kitsh et désuette, mais vraie en ce qui me concerne !)

lolodalisk a dit…

je pense que je ressens un peu ça pour Calais, qui est la ville où je suis née, et où j'allais voir ma grand-mère un peu plus tard.. j'ai passé des après-midi au chalet, sur la plage du nord. Tes photos de Honfleur sont vraiment très très belles.
bises, de Laurence

lolodalisk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
lolodalisk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Joël a dit…

Il y a de quoi avoir un coup de coeur : quelle citée !
Un endroit superbe et vraiment pittoresque malgré le trop plein de touristes.
A+ Cath