lundi 26 janvier 2009

Yves Borredon, les couleurs de la vie : nouvelles toiles

Je vous avais présenté, de ses débuts à aujourd'hui, la peinture d'Yves Borredon, pour laquelle j'ai un vrai coup de coeur : « de l'ombre à la lumière ».
Depuis, Yves m'a fait l'amitié de me faire découvrir ses travaux en cours, et d'autres tableaux récents. Voici donc en partage une sélection de ses nouvelles toiles, un peu à la manière d'une expo.

Le peintre de Pornic est toujours émerveillé par le sud de la Bretagne où il vit, et les paysages de terre et de mer de sa région d'adoption lui sont une perpétuelle source d'inspiration.
Devant le château de Pornic, beau comme dans un conte de fée, une brassée de petits cotres multicolores attendent le départ : il y a quelque chose d'insouciant dans ce tableau, de naïf et vrai comme du bonheur simple, au premier abord. Puis les nuances du ciel et de la pierre, celles des reflets dans l'eau, lui ajoutent de la profondeur.

« Le bateau rouge » a une sorte d'insolence qui le fait remarquer. Ici les proportions s'inversent : le château semble solide, mais le voilier est plus imposant encore, qui lui passe devant. Il n'y a plus de doute, sans complexe l'imaginaire passe avant la réalité : ce bateau à la coque rouge, aux voiles affûtées comme des lames, c'est la passion assurément, ou la révolution ! Seuls l'eau, qui ne parait nullement troublée, le calme de l'atmosphère de l'ensemble, font penser que ce n'est qu'un rêve fugitif, et que la vie reste sereine...
J'aime bien observer, dans ce tableau comme dans d'autres, la texture de la peinture, différente pour rendre la coque en bois peint, les pierres du château, la végétation, l'eau ou le ciel.

Paysage modelé par l'homme, les marais salants ont une géométrie douce et reposante, parsemée de petits tas de sel, comme autant de symboles de l'abondance des ressources de la terre et de la mer... Le village de maisons bretonnes compose un horizon proche, rassurant, solide... et un peu fermé. Ce qui m'émeut dans ce tableau, c'est son ouverture vers l'évasion, qui tient à des détails : les lignes de fuite des bordures des marais, un soupçon de nuage esquissé en plein ciel, les herbes folles au premier plan, le blanc presque trop lumineux du tas de sel et son reflet dans l'eau...

Autre paysage de Brière, ces barques au repos semblent prêtes à partir, et l'horizon s'ouvre vers le lointain. Le ciel est nuageux, mais lumineux comme l'ensemble, l'eau surtout : on retrouve dans le choix des couleurs le mystère et la magie de la lumière de Bretagne. La végétation des berges est stylisée, presque abstraite, très libre.
L'eau, l'air, la terre, et les embarcations pour s'y balader : cette toile est une invitation à la rêverie.

Et si l'on entrait dans l'atelier du peintre... On aurait peut-être la chance d'apercevoir un travail en cours ! Découvrir les étapes d'une toile, de l'esquisse au tableau fini, est un film passionnant.

L'apparition de La Rochelle et des bateaux comme sortant de la brume est saisissante, ainsi que l'évolution du rendu de l'eau, et de ses reflets à l'état final.

Le paysage se construit et la scène s'affirme sous nos yeux, il nous semble entendre le bruissement du port et le clapotis de l'eau.

Les coques multicolores, resserrées comme les habitations, n'ont qu'un mât esquissé et pas de voile, comme si le clocher et les tours de la ville en tenaient lieu.


Il est une autre source d'inspiration pour le peintre, sans laquelle l'oeuvre ne serait pas aussi riche : les humains. Yves peint des personnages qui l'ont marqué à divers titres dans sa vie, dans la réalité ou dans son imaginaire.

« L'intervention », peut-on supposer, est un règlement de comptes avec un épisode douloureux. On y voit des hommes en bleu, entre ombre et lumière, sans regard, mais leur visage exprime une intense concentration. Etonnamment, il n'y a ni rouge ni sang dans cet univers médical, comme si le souvenir voulait estomper, effacer la réalité... ou la cicatriser.

La passion de peindre, c'est aussi faire et refaire une oeuvre, sur un même thème d'inspiration ou le même sujet, pour le rendre autrement, mieux, ou avec un autre angle d'approche, une autre nuance de technique ou de sens.

Ainsi, les deux versions de ce Don Quichotte nous parlent différemment, d'une version à l'autre il prend forme et allure, il a un tout autre regard et de plus en plus d'assurance.

Cette dualité n'est-elle pas intrinsèque au personnage, à la fois plein de fougue et de tourments ?


Ainsi Yves peint deux portraits de clowns, mais avec une finalité différente.

Le clown gai est comme saisi en pleine action, en plein jeu sur la piste, à côté d'un projecteur de lumière. J'aime son regard joyeux et généreux.

Le clown plus grave est lui un autoportrait, au regard rêveur, tout en sensibilité et interrogations. Le visage est très travaillé, le fond rouge avec ses tons fondus me fait penser à des roses.

Yves fait le portrait d'une amie potière en plein travail. Je trouve la scène émouvante : le clair-obscur, le regard, l'attitude convergent vers l'objet en création. On sent le geste sûr, mille fois répété et cependant toujours nouveau, offrant la même attention à chaque pièce tournée. Le tableau est plein de rondeur, rondeur du tour et des poteries, gestes arrondis... Il dégage une atmosphère chaude et ample, à la fois active et sereine, comme le travail de la terre.

Exercice de style, par attirance pour une oeuvre ou envie de se confronter à d'autres manières de peindre, Yves reproduit des tableaux de peintres qu'il admire, comme cette Noce de Toffoli. Les personnages principaux sont dans un rond de lumière, comme sur une scène de théâtre. La mariée, longiligne, toute drapée de blanc, est éblouissante, presque transparente, évanescente. Tous les regards se tournent vers elle. Les hommes font la cérémonie et la fête, symbolisées par deux-trois accessoires : un livre, un verre, un accordéon. Une femme vêtue de sombre est assise derrière la mariée, elle paraît plus âgée, un peu en retrait, méditative ou mélancolique, résignée : peut-être que la jeune mariée la quitte pour aller vers le monde, faire sa vie.

Yves s'essaie à un autre exercice, la nature morte. Il en est coutumier je pense, mais pas moi. Ce n'est pas habituellement le style de tableau que je préfère, ces trop classiques scènes d'objets, fruits ou fleurs rassemblés, je trouve ça un peu triste. Et cependant, j'adore celui-ci ! Il renouvelle le genre, il a quelque chose de moderne, de vivant, de tactile, de gourmand, d'espiègle même : est-ce la pièce de poterie ronde et brillante, d'un vert claquant, la disposition des fruits qui n'a pas une allure centrée ou ordonnée, la transparence de leur superposition, le rouge orangé du fond ? J'aime beaucoup le regarder ce tableau, je ne m'en lasse pas !

Merci Yves, de nous faire voir le monde à tes couleurs : y entrer, découvrir un tableau, c'est à chaque fois une surprise, une belle émotion.

Et vous, l'expo vous a-t-elle plu, avez-vous des préférences ?

D'autres toiles à voir, sur la page d'Yves, ici : (diaporamas et section "photos").

Cath
01 2009

Liste des tableaux :
1/ Autour du château, 2007
2/ Le bateau rouge, 2007
3/ Marais salants, 2008
4/ Les barques en Brière, juillet 2008
5/ La Rochelle, juillet 2008 (2 esquisses et tableau)
6/ L'intervention, mai 2008
7/ Don Quichotte, 2008
8/ Don Quichotte 2, septembre 2008
9/ Le clown 2, août 2008
10/ Le clown, août 2008
11/ Brigitte la potière, novembre 2008
12/ La noce d'après Toffoli, décembre 2008
13/ Nature morte, décembre 2008

4 commentaires:

Yves BORREDON a dit…

Ce n'est pas facile de faire un commentaire quand on est le premier concerné.J'ai derrière moi cinquante ans de peinture,de nombreuses expositions et des rencontres de toute nature.
Or je m'aperçois avec émotion que pour la première fois quelqu'un ne se contente pas de voir mais de regarder.C'est si rare que je me dois de remercier Catherine qui,avec sa plume bien trempée,
saisit de manière analytique mon modeste travail pictural.Yves

la p'tite Brigitte a dit…

Bien bel hommage que tu rends à notre Ami Yves.. et je partage avec toi ...toutes les émotions de ces toiles...J'ai eu la chance d'entrer dans son Univers...son Atelier...et là, je te garantie qu'il y a une Emotion, une douce Sérénité...Merci à Yves pour toutes ses toiles...

guille a dit…

les couleurs, les images, celles que l'on pourrait voir sans regarder, mais qui ont cette magie de vous arrêter en chemin et de vous faire prendre le temps de fermer les yeux et d'ouvrir le coeur pour mieux les voir.

Anonyme a dit…

Il y a longtemps que j'aurais dû écrire ce message.
je redécouvre ces toiles avec plaisir.
J'adore ces couleurs vives, ces contrastes, ce rouge "bateau" devant ce bleu "château". Ces traits qui n'en sont jamais vraiment et qui sont pourtant très prononcés sont d'une grande douceur.
Ces fonds bleus transparents. Je félicite l'artiste car il me donne l'envie....l'envie de ressortir mes pinceaux!! mais la crainte de ne pas faire aussi beau me retient.....

bea