dimanche 20 juillet 2008

Mystère

Où vont les chaussettes quand elles divorcent ?


Franchement, je me demande.
De lessive en lessive, de semaine en semaine, j'attends et j'espère : mais au lieu de diminuer, le nombre de chaussettes célibataires augmente et me désespère ! (enfin, c'est une façon de parler, hein...)
Il y en avait une, puis deux, trois. Je viens d'en remarier une paire en faisant du rangement dans l'armoire de mon ado de fiston ; c'est toujours une petite victoire...
Et nous voilà avec six chaussettes désassorties ! C'est un comble. Un vrai défi à mon organisation du linge, qui perd peu de choses, pourtant.
Mais là, c'est un mystère. Ces six-là me narguent, c'est certain. Ou alors on se fait voler par un unijambiste. Voire deux, de pointures différentes.
C'est fou comme l'imagination peut s'inventer des coupables. De vaines raisons.
Mais enfin, j'ai râclé le fond des bacs à linge et tiroirs : rien.
J'attends qu'une ou l'autre des lessives qui arrivent fasse émerger par miracle l'âme-soeur, pour apparier les paires. Mais non.
Alors, vous y comprenez quelque chose, vous ?
Six esseulées. Un tel score, c'est du jamais vu ! Ou alors 'y a longtemps, ou bien j'ai oublié...
Et dire que les garçons ne sont pas encore rentrés, et qu'ils vont arriver avec des valises pleines de linge sale... ça promet !
Et je ne vous parle pas des vitres à faire, du rangement qui laisse à désirer, du repassage en retard...
Il me semble que j'ai besoin de vacances, moi !
Possible que ce soit ça, oui, le nombre de chaussettes perdues : un indice de ras-le-bol, un genre d'Echelle de Richter de l'état de fatigue de la « maîtresse de maison »... qui ne maîtrise plus la maison...

Vivement les vacances !

Cath
juillet 2008

7 commentaires:

Réverbères a dit…

Et dire que c'est un mystère universel… comme le chante très bien Claude Semal :

C'est un des plus grands mystères
De toute l'humanité
Les chaussettes célibataires
Qui ont perdu leur moitié
On a beau ramper par terre
Fouiller sous tous les sommiers
La voilà soudain solitaire
Pendant que vous vous dormiez

Hier encore pareilles
Elles étaient à vos pieds
Comme une paire d'oreilles
L'une sur l'autre copiée
Génétiquement doubles
Pareillement colorées
Identiquement souples
Unies à carreaux rayées

Le-e-e-s chausse-e-ettes
Célibatai-ai-ai-res
Sont un des plus grands mystè-è-res
Sur la te-e-rre

Qui a séparé ce couple
A jamais dépareillé ?
Qui a kidnappé ce double
Brisé cette union sacrée
Un voleur unijambiste
Un cul de jatte cleptomane
Un cambrioleur fétichiste
Odeur-de-chaussette-omane

J'ai bien soupçonné la poudre
Et les machines à laver
De secrètement les dissoudre
En prétendant les lessiver
Comme un chaudron de chaux vive
Un chapeau de magicien
On voit bien qu'à chaque lessive
Il y a une chaussette en moins

J'ai tendu dans mon étable
En Jersey de laine fine
Une guirlande improbable
De chaussettes orphelines
Quand le cerf brame à l'automne
La biche au coït est forcée
Le pinson pince sa pinsonne
Mais mes chaussettes veulent divorcer

Où vont-ils donc solitaires
Tous ces bateaux démâtés
Ces sœurs qui pleurent l'âme frère
Ces cœurs qui cherchent leur moitié
Amis soyez donc solidaires
De tous ces amours estropiés
Et chaque chaussette célibataire
Trouvera chaussure à son pied

Anonyme a dit…

J'adore ton texte, Cathy !


Véro

franck a dit…

Authentique ! Au moment même où je tombe sur ton message, Nath me crie de la chambre : "Je t'ai acheté des chaussettes" !

... Ah, les chaussettes célibataires, j'en ai moi aussi... Alors, j'ai mon tas de chaussettes célibataires que j'assemble parfois, comme aujourd'hui d'ailleurs... Ce ne me dit pas où sont celles qui manquent mais ça me permet toujours de les utiliser...

Un vrai billet d'humour en tout cas, mais si vrai pourtant ! Merci !

Anonyme a dit…

Figure-toi que moi quelques fois j'en retrouve une bien sagement glissée sous mon oreiller (comme si c'était un petit cadeau), une autre enfouie dans le clic-clac que l'on ouvre pour les copains, une troisième dans une paire de baskets qui ne sortent qu'à l'an neuf !!! et toutes dépareillées bien sûr et comme j'ai jeté leur moitié, lasse t'attendre un éventuel rabibochage et bien je me ruine en achat de chaussettes pour mon Juju !
Oui un vrai mystère que ces chaussettes célibataires :-)
Fanny

Cath a dit…

Voilà qui me console, je ne suis pas la seule !
Merci pour la chanson, c'est génial d'en faire une chanson !
Bonne nouvelle, j'en ai remarié trois paires depuis : j'ai peut-être de l'avenir, en conseillère conjugale pour chaussettes ?

Mariléti a dit…

Tu sais quoi Grains de sel ? Ca va finir en méga "sock dating" entre tous les lecteurs de ton blog

H.Robert a dit…

Y m'arrive de ces trucs, y a qu'a moi,
Non mais c’est dingue, j' te jure,
Ce matin, en mettant mes chaussons,
Je regarde au pied du lit,
Y avait trois chaussettes.
Là j' réfléchi, j' me dis :
Ou bien y m' manque une chaussette, ou alors....
J' vérifie,
Ben c'était ça,
Y' m' manquait un pied.
C’est dingue non ?