jeudi 13 décembre 2007

Romantisme

S'il est un mot galvaudé c'est bien celui-là. C'est à peine si on ose le prononcer, ou à bas bruit, dans un chuchotement inaudible. Il sent la fleur séchée, l'album photo jauni, la vierge effarouchée...

Il n'est pourtant que cri et passion, mélancolie profonde et exaltation!

Il est aussi impalpable que trahi, détourné, rabougri, moqué, amoindri, carte-postalisé...

Aussi je m'en méfie, j'en use avec parcimonie. Je le contourne, je l'évite. Je l'admire... et je le fuis.


C'est alors qu'il me poursuit, me rattrape et me tourne autour. Un texte, une situation, un paysage, me rappellent brusquement qu'il est dans l'air, jamais bien loin.

Je m'en saisis avec prudence : « Est-ce bien toi ? »

Je ne veux pas l'abîmer en y touchant. Mais il me semble bien qu'il est trop tard : il est déjà en moi... La vue ou l'instant ne font que le révéler.

Romantisme : le mot est dit. Mais quelle autre notion pourrait mieux traduire ce qu'évoquent ces images ?

Romantique, moi ? Allons, pas question que je l'avoue !

(Mais chut, vous êtes dans le secret à présent.)


Cath
décembre 2007

1 commentaire:

Ariella a dit…

Cath vous etes merveilleuse et c'est un bonheur de vous lire.
J'ai un large sourire aux levres en vous lisant.
Je viendrais souvent vous lire et je garde precieusement ce lien.

Merci beaucoup pour nous permettre de vous lire.

Ariella